2008/05/14

La métaphore de l'éléphant





Il m'arrive souvent d'utiliser des métaphores pour susciter des images fortes, des analogies. On a dit beaucoup de choses sur l'usage des allégories et des métaphores en éducation et plus largement dans les différentes disciplines reliées aux comportements humains. Elles ont certes de nombreuses utilités mais présentent aussi de nombreux pièges.
Dans leur version positive, elles impressionnent la mémoire en utilisant le "déjà vu" pour faciliter la cmpréhension et d'un nouveau concept. Je pars de ce que je connais, je compare, je comprends, je distingue, j'associe, je reconstruis.
En mode négatif, elles cristallisent des lieux communs pour les transformer en vérités inoxydables.

Avec toute la prudence qui est de mise, je déposerai ici quelques unes des métaphores dont j'ai testées l'utilité.

La version courte
Quatre hommes aveugles rencontrent un éléphant. L'un saisit sa jambe et en conclut qu'il s'agit d'un arbre. Le deuxième attrape sa queue et pense que c'est un fouet. Le troisième touche la trompe de l'éléphant et affirme que c'est un tuyau, et le quatrième tapote son flanc et décrète que c'est un mur.
L'homme sage leur dit : " Vous avez tous raison. "

Ses interprétation possibles:
A) la vérité est relative.
Nous voyons ici quatre personnes qui arrivent toutes à des conclusions différentes.

B) la vérité est objective. Il y a vraiment un éléphant qui est la réalité objective, indépendante de tout point de vue personnel.

C) La vérité est complexe, elle comporte diverses facettes, et est parfois très difficile à saisir. Mais elle n'est pas relative. La vérité existe bel et bien, nous devons simplement déterminer quelle pièce du puzzle nous avons dans les mains.
Ces quatre hommes aveugles tombent dans une erreur classique en tirant des conclusions sans avoir suffisamment d'informations à leur disposition. Sur la seule base de la trompe de l'éléphant, il est peu probable que quelqu'un parvienne à la bonne conclusion.

D) La vérité est collective
Ces quatre hommes auraient dû se concerter et échanger leurs informations. En assemblant tous les morceaux, une image plus claire leur serait apparue et ils auraient pu tirer une première conclusion: il ne s'agit pas d'un meuble, mais certainement d'un grand quadrupède. Avec de nouvelles informations, l'image se serait finalement précisée pour révéler l'identité de l'éléphant.

E) La vérité n'est pas facile à voir
Pour voir l'éléphant, il faut une certaine ouverture d'esprit et remettre en question ses principes, ses présomptions et ses croyances.

Nous cherchons tous à nous protéger d'informations qui nous paraissent menaçantes, surtout lorsqu'elles peuvent être vraies.
Imaginons que je sois l'aveugle qui a pris le tronc d'un éléphant pour un tuyau. À la suite de mes découvertes sur la nature même de l'éléphant qui est d'être un tuyau, j'ai écrit de nombreux best-sellers sur la nature intrinsèque des " tuyaux ", donné des conférences à grand succès. On m'a invité dans de nombreuses émissions de télé à titre d'experte. Je compte fonder une chaire dans une université prestigieuse, dédiée à la nature et aux avantages des tuyaux.

Un jour, je reçois ce téléhone d'un jeune journaliste de Radio-Canada:
- Excusez-moi, vous êtes bien l'auteure de "Le tuyau, son secret enfin dévoilé", de "Devenez riches avec les tuyaux" et de "10 tuyaux pour le tuyau"? Comment commentez-vous les récentes études qui démontrent que vous vous êtes trompé lamentablement! Vous ne teniez pas un tuyau. Vous teniez la trompe d'un éléphant !
Comment pourrais-je réagir?
-Vous voulez dire que toutes ces années j'étais dans l'erreur ? Heureusement que vous me le dîtes ! Comment pourrais-je jamais vous remercier ?!

Ma première réaction sera plus probablement de fermer la ligne au nez de mon interlocuteur. Je chercherai à me protéger de ces informations menaçantes, surtout lorsqu'elles peuvent être vraies mais qu'elles bouleversent mes croyances, ce sur quoi j'ai bâti ma réputation et ma carrière.
Peu importe que ces conséquences néfastes soient réelles ou non. Si je me sens menacée, ma réaction est de me boucher les oreilles (j'étais déjà aveugle)et d'ignorer le désir de vérité qui est en moi.

Pensons à Galilée et à son affirmation que la terre était ronde. Qui l'a cru?


Variante: Parabole du pédant et de l'éléphant.
Une variation sur l'antique fable, tirée d'un article de Ned Ludd
Cinq aveugles accompagnés par un pédant (qui avait des yeux mais ne voyait pas pour autant) décidèrent un jour que leur mission dans la vie était de trouver un éléphant. Ils avaient tous entendu dire qu'il existait un animal appelé éléphant, mais aucun d'entre eux n'avait la moindre idée de ce que c'était.
Ils se mirent donc en route, et voyagèrent longtemps, à la recherche de l'éléphant. Finalement, dans un pays lointain, un homme qu'ils avaient croisé en chemin leur dit qu'ils pourraient en trouver un dans la verdure ombreuse d'une forêt avoisinante.
"Donc, mes pauvres frères aveugles", dit le pédant (qui était tout aussi aveugle qu'eux), "il nous faut nous approcher de l'éléphant avec précaution. Nous ne devons pas utiliser la pensée discursive, des concepts, ou tout autre processus mental pour discerner l'éléphant, mais nous ne devons dépendre que de la sensation brute qui nous proviendra de l'éléphant."
Les aveugles acquiscèrent tous, et c'est ainsi que le pédant et les cinq aveugles ser frayèrent un chemin dans les sombres fourrés de la forêt. Enfin, un vieil et calme éléphant, usé par des années de travail et de peine, se tenait dans une clairière, en train de mâcher des feuilles.
Les hommes s'avancèrent doucement, incertains d'où ils étaient, où d'où était l'éléphant. Peu à peu, ils entourèrent l'éléphant, de sorte que chacun d'entre eux se trouvait face à une partie différente du grand animal.
Celui qui se trouvait près du flanc de l'éléphant dit: "Aha! L'éléphant est comme un mur, solide, plat et lisse."
"Non!" s'exclama un autre aveugle, qui se trouvait près d'une des défenses de l'éléphant, "Il ressemble beaucoup à une lance, il est dur pointu.
"Non, non!," rétorqua un troisième, qui tenait la trompe de l'éléphant, "l'éléphant est tout comme un serpent, un immense serpent qui s'enroule sur lui-même".
"Mais vous vous trompez tous," s'étonna le quatrième qui se trouvait près d'une patte, car l'éléphant est exactement comme un arbre, un gros arbre fermement enraciné!"
Le cinquième aveugle, qui se trouvait près de l'oreille de l'animal, dit: "Ach! Vous avez tous tort! Car l'éléphant est comme un éventail, ou la fronde d'un grand palmier!"
Pendant ce temps, le pédant se trouvait derrière l'éléphant. "Aveugles tous vous êtes, et aveugles vous resterez!," s'exclama-t-il, "trompés par vos pensées discursives et vos discriminations. Je vais vous dire précisément ce qu'est l'éléphant!" Sa tête se trouvait juste devant l'anus de l'éléphant, et comme il s'avançait lentement, l'éléphant leva la queue et péta. Et la tête de le pédant pénétra dans le rectum de l'éléphant.
"AHA!" fit l'écho de son grand cri, "La vérité de l'éléphant est vacuité, car il est exactement comme une grande caverne qui pue!"


Comme l'écrivait l'immortel poète:
"Et ainsi ces hommes de l'Hindoustan
se disputèrent fort et longtemps,
chacun soutenant son opinion
obstinément et à l'excès.
Quoique chacun ait eu raison
en partie, pour l'ensemble
ils avaient tous tort!"
-- John Godfrey Saxe
Moralité:
Si vous êtes aveugle, et que vous le savez, ne suivez pas un homme qui a la tête dans le cul (le sien ou celui d'un autre être).

1 commentaire:

Vaillancourt a dit...

Moi, j'ajouterai que, du point de vue de l'éléphant, "la vérité est... énervante... et peut-être que si elle me lâche un peu la vérité, je pourrai retourner manger des feuilles!" Comme quoi tout est relatif, surtout quand on a faim...